Météo en Martinique
Relevé Fort de France

Le 22-10-2017 à 23:00
Pleine-lune et nuages
Température: 27°C
Ressenti : 29°C
Vent : 11 km/h
Direction : est
Humidité : 74%
Pression : 1014 mbar
Pression : tendance texte
Point de rosée : 22°C
Visibilité : 9 km

di:22-10 Inconnu  27/ 24°C
lu:23-10 Pluie  29/ 23°C
ma:24-10 Pluie  28/ 23°C
me:25-10 Pluie  30/ 23°C
je:26-10 Pluie  30/ 23°C
ve:27-10 Pluie  30/ 23°C
sa:28-10 Soleil et nuages épars  30/ 23°C



Dernier ajout : 23 octobre
Votre IP : 54.81.79.128
Textes____:
Conception:
Site développé sous SPIP

Réfrigération marine

Accueil du site > Techniques > Recharger un groupe frigorifique

Rubrique : Techniques

__________________________________________________________________________________________________________________

Recharger un groupe frigorifiqueVersion imprimable de cet article

Recharger en fluide un groupe avec détente par capillaire :

Parfois loin d’une base bien équipée...

... comme par exemple quelque part au milieu de nul part...

  • On parle des petits groupes fonctionnant en courant continu 12 ou 24 volts, dotés en général de compresseurs Danfoss/Secop ou ACC/Cubigel.
  • Qu’il s’agisse d’un groupe neuf ou ayant été réparé suite à une fuite, la méthode est la même.

Outillage indispensable

  • Pompe à vide
  • Un flexible pour relier le contenant de fluide au compresseur.
  • Au moins un œil en bon état.
  • Des doigts (sans gants).
  • Une ouïe d’une sensibilité acceptable.

Outillage utile mais pas indispensable

  • Un manomètre basse pression.
  • Une pince ampèremétrique.
  • Une balance de précision.
  • Un détecteur de fuites.

Conditions avant action

  • On considère qu’après la réparation ou le remplacement d’un élément défectueux tel un évaporateur crevé ou de raccords fuyards, l’étanchéité aura été validée.
  • Pour valider l’étanchéité d’un système, on peut le mettre sous pression d’azote sec un certain temps (24 heures pour être presque sur), la pression ne doit pas bouger, mais cette technique est surtout pratiquée pour de grosses installations, ou en atelier.
  • Sur le terrain comme par exemple à bord d’un bateau, plus rapide et aussi précis, un vaccuomètre digital gradué en microns (μm) qui permet de voir en quelques minutes la plus infime perte de vide.

Considérations avant action

  • Le tirage au vide est quasiment indispensable, il sert à deux choses : enlever l’humidité du circuit, et surtout à évacuer l’air qui même si pas ou peu humide n’est pas condensable, ce qui augmente considérablement la consommation électrique du groupe. Une pompe à vide peut s’improviser avec un compresseur recyclé pour cet usage, c’est loin d’être parfait mais mieux que rien.
  • Le flexible... sera considéré comme le moyen le plus simple pour transférer un fluide, surtout sous pression !
  • Les yeux et les doigts : ce sont là des outils naturels (merci la Nature et ma Maman de m’en avoir doté) qui vont perrmettre de réaliser un travail parfait et une charge de fluide au gramme près, le principe de base étant de remplir l’évaporateur, pas plus pas moins !
  • L’oreille est également un outil intéressant : en effet, à l’oreille il est parfaitement possible avec l’expérience et l’habitude de réaliser une charge parfaite au gramme près sans le moindre instrument avec les yeux bandés et les mains dans les poches !
  • Un manomètre est utile pour visualiser la pression en cours et fait gagner du temps au technicien, mais ce n’est pas lui qui permet l’ajustage précis de la charge.
  • Une pince ampèremétrique est utile pour mesurer la consommation, mais aussi pour détecter une anomalie immédiate comme une surcharge (l’intensité augmente) ou un circuit bouché (l’intensité chute), tout comme le manomètre il fait gagner du temps sans être absolument indispensable.
  • La balance est préconisée pour charger "au poids", ce qui est une théorie purement théorique et en pratique rarement utilisable dans la réalité. La vraie utilité d’une balance est de peser le fluide qui a été chargé dans le système... pour pouvoir le facturer et remplir les rapports...

Action

  • Si on considère que tous les voyants sont au vert et qu’on dispose des outils adéquats, on les mets en œuvre et on charge le systèmes calmement en surveillant les paramètres, ce n’est que de la routine.
  • Si on considère que tous les voyants sont au vert et qu’on ne dispose pas de tous les outils adéquats voire d’aucuns... on opère encore plus calmement et surtout prudemment... aux doigts, à l’œil et à l’oreille !

Détails utiles

  • Un petit groupe pour un frigo de bateau d’une capacité comprise entre 60 et 200 litres contient entre 60 et 100 grammes maximum de fluide réfrigérant, pas plus.
  • On peut lire dans le manuel Danfoss que le maximum est de 300 grammes de fluide, il s’agit là vraiment d’un maximum jamais atteint en pratique. En réalité, tenter de charger 300 grammes de fluide dans un petit groupe standard aura comme effet la casse probable du compresseur.

Fonctionnement vue/toucher/oreille

  • Pour la vue : un simple regard attentif permet d’estimer l’état du givrage de l’évaporateur, qui doit l’être sur toute sa surface mais pas plus.
  • Pour le toucher : un seul doigt permet d’estimer où le givrage de l’évaporateur commence et finit, mais également de vérifier le fonctionnement optimal du condenseur.
  • Pour l’oreille... cela permet d’écouter le bruit de détente en sortie du capillaire et même d’un détendeur thermostatique, ce qui permet un diagnostic très précis du fonctionnement.

En pratique, un bon technicien doit être capable de faire un pré diagnostic en se servent de ces trois sens, ce qui est économique en énergie : après avoir estimé quel est le problème il reviendra sur le site de dépannage avec juste les outils indispensables sans déménager son camion !

Utile : Instructions Danfoss

Indispensable : Réglages BD35/50/80F